Osez changer d'idée.

Osez changer le monde.

21 jours de métamorphose sans faire de bruit

21 jours de métamorphose sans faire de bruit

Une métamorphose toute en douceur.

Depuis des années, on entend souvent dire qu’il faut 21 jours pour acquérir de nouvelles habitudes voire une métamorphose. Cependant, les recherches scientifiques énoncent plutôt une moyenne de 66 jours de pratique pour créer un automatisme dans le corps et dans l’esprit. Ces études stipulent qu’il est préférable de pratiquer durant au moins 66 jours consécutifs. Mais, les participants ayant pris congé une journée n’ont pas démontré plus de résistance ou moins de résultats probants. Le cerveau humain est élastique, souple, fluide. La rigueur n’exclut pas la souplesse, la discipline n’a rien à voir avec la rigidité.

Depuis 21 jours, nous apprivoisons quotidiennement la bienveillance. Cette pratique réorganise tranquillement notre perception du monde et la place que nous y occupons sans faire de fracas.

La bienveillance est une valeur humaniste à contre-courant des idéologies actuelles. Culturellement, le mot Bienveillance évoque des images de vertu, d’êtres humains exceptionnels, des moines, des religieuses, des saints et des dogmes religieux inaccessibles. Nous flirtons avec les idées que nous sommes nés bienveillants et que la gentillesse est contagieuse. Nous savons que le rire est contagieux, que les bâillements sont contagieux et parfois, nous doutons de la portée des gestes de bienveillance et des changements qu’ils procurent.

Les missions nous font découvrir des parties oubliées de nous-mêmes ou en tout cas mises de côté.

Se regarder dans le miroir avec bienveillance n’est pas nécessairement chose facile. Ressentir de la bienveillance à l’égard de l’être que nous regardons dans le miroir était peut-être moins accessible que nous l’avions cru.

Recevoir la gratitude d’une personne que nous aidons est souvent plus excitant que de ressentir de la gratitude en recevant un coup de main. Ces différences de perception illustrent peut-être un mouvement de pendule intérieur entre le JE et le NOUS.

Nous effleurons des concepts innovateurs issus de la physique quantique, de la biologie nouvelle, de l’épigénétique, des neurosciences, de la philosophie et de l’éthique. Ce sont des points de références précurseurs qui fournissent des points d’observation périphérique. Un point de vue périphérique signifie plus éloignés des idées conventionnelles et plus près de l’innovation, de l’évolution et de l’avant-gardisme.

Aujourd’hui, nous savons tous que la planète est ronde, ce fait est indéniable et indiscutable. Il y a moins de 400 ans, cette possibilité n’était pas envisageable; la terre était carré. La rondeur de la planète était considérée comme un affront religieux, politique et passible de peine de morts et d’emprisonnement à vie.  Au cours de son évolution, les êtres humains ont adopté toutes sortes de formules de résolution de conflit comme la guerre, les affrontements, la violence, le politique, la politique, l’anarchie, la révolution armée, l’appropriation des continents, des peuples, des femmes et des enfants, des ressources naturelles, les génocides, les religions et j’en passe. Ces stratégies conduisent l’humanité à une défaillance chronique dans tous les domaines imaginables.

Est-il possible de changer les choses sans tout foutre en l’air ?  La réponse est oui.

Plus les sciences évoluent et plus il semble probable que nous soyons la clef de ce changement.

Bâtisseures de Bienveillance.

Osez jaser